top of page

Lorsque nous avons peur, nous trouvons toutes les raisons qui la justifie.

Dans ma vie, je ne peux pas dire que j’ai eu beaucoup d’occasions de bien me sentir. J’ai été abandonné à la naissance, mes parents adoptifs étaient en ma défaveur et je demeurais dans une ville que j’haïssais à mourir, ce qui fait que je repoussais tous ceux qui me démontrait de l’amour, que je m’évertuais à détruire la confiance de mes proches et que j’échouais volontairement tous les projets qui me tenait à cœur.


Je ne dis pas cela pour me plaindre ou pour rendre ma vie pire qu’elle était, mais seulement pour vous faire réaliser que si je m’acharnais à constamment détruire ma vie de la sorte, c’est que je ne trouvais pas que j’étais négatif. Dans mon esprit, si j’étais malheureux, ce n’était pas parce que j’étais négatif, c’était uniquement parce que la vie était faite comme cela…


Alors comment voulez-vous que j’arrête d’être négatif par moi-même si je n’avais jamais vécu autre chose et que je ne conscientisais pas que j’étais négatif? C’était impossible. Alors imaginez-vous, c’est ce qui arrive avec la majorité des personnes dans les points du haut…


Je ne sais pas si vous vous souvenez de mon champ de tout à l’heure où je n’avais semé que des patates? Même si j’avais voulu donner des carottes le temps des récoltes venu, il m’était impossible de le faire. Eh bien lorsque je ne sème que des peurs, comment est-ce que je pourrais récolter et donner de la joie? C’est la même impossibilité.


Lorsque nous avons peur, nous trouvons toutes les raisons qui la justifie, nous créons toutes les situations qui la font grandir et nous faisons tout pour la partager, car c’est tout ce que nous avons à donner.


Extrait du livre «La femme a le pouvoir en amour», page 110

0 vue0 commentaire

Kommentare


Header_Side2.png

EN VENTE ICI

Logo_Indigo.png
Logo_Amazon.png
Logo_BookEdition.png
Logo_Barnes.png
Illust_TousLesExtraits.png
bottom of page